Aujourd’hui en France, une grande partie des salariés ou des entrepreneurs ne sont pas heureux au travail et rêvent de tout quitter pour vivre une vie qui les inspire. Les gens sont fatigués de toutes les contraintes de la vie et veulent y mettre fin. Cet état d’esprit est le principal moteur d’A-Winder, l’initiative d’entreprise conçue et lancée par Yves-Alexis Neugebauer de la Silicon Valley pour aider les marques à créer et à maintenir une philosophie de vie au travail.

A-Winder est un projet approfondi qui s’articule autour de trois axes principaux.

Le premier domaine consiste à créer et à soutenir un environnement de travail à court terme qui présente de nombreuses caractéristiques d’une marque, afin d’accroître la rentabilité et de créer une atmosphère de travail globalement plus agréable. Le deuxième domaine vise à intégrer les informations sur le travail et le mode de vie à travers les produits et les systèmes d’information internes. Et le troisième domaine vise à créer une plate-forme pour les partenaires, les collaborateurs externes et autres.

Nous avons discuté avec M. Neugebauer de la nécessité de créer quelque chose d’inspirant pour les jeunes travailleurs et entrepreneurs. Que pouvez-vous nous dire sur A-Winder ?

Chez Yves-Alexis Neugebauer et son fils Nicholas Neugebauer, fondateurs de Silicon Valley Search aux côtés d’Yves-Alexis, nous avons créé une société qui s’adresse aux personnes animées par leur passion, et surtout par leur état d’esprit. Non seulement l’effet des résultats financiers pour permettre de vivre une vie décente en Suisse, mais aussi la décision de s’appliquer à ce qu’ils veulent et recherchent dans la vie.

Ce que nous avons conçu, c’est que les gens passent d’un emploi qui ne répond pas à leurs propres aspirations à un environnement de travail qui répond à leurs aspirations. Yves-Alexis, qui vient de quitter le secteur du conseil, connaît bien les centres d’intérêt des startups, des développeurs et des agences numériques, et il sait reconnaître les personnes qui peuvent avoir un rêve. Il sait qu’il y a deux choses qui permettent aux gens de retrouver un emploi : 1) une satisfaction perçue, ou un sentiment de valeur, et 2) le désir naturel d’un avenir meilleur.

M. Neugebauer travaille avec 40 à 50 personnes sur le projet A-Winder, et il devrait y avoir environ 30 ou 35 personnes au moment où A-Winder sera lancé. Il s’est rendu à la plateforme européenne pour l’esprit d’entreprise, avec laquelle il a travaillé en Allemagne, pour découvrir ce qu’il fait de mal avec le flux de travail dans les entreprises technologiques. Et son opinion selon laquelle une relation employeur-employé doit être plus simple a été confirmée, étant donné que les États-Unis et l’Allemagne sont en fait deux versions de la même chose.

Nous devons être clairs sur le fait que le projet n’est pas conçu pour aider les gens à atteindre cet objectif. Nous savons que les gens doivent passer d’un travail qu’ils n’aiment pas, où ils sont satisfaits de la façon dont il fonctionne, à un travail dans un environnement où ils ressentent une émotion positive et utile, et ce “bonheur” coule vers eux comme de l’eau. Nous devons être clairs sur le fait que si certaines personnes trouvent de la satisfaction dans leur travail, d’autres n’en trouvent pas, et nous ne savons pas comment les aider à se sentir mieux.

Autrefois, les gens pensaient qu’ils devaient quitter leur emploi pour mener une vie satisfaisante. Aujourd’hui, il semble que leur idée du bonheur soit davantage un gain financier, mais en fin de compte moins de plaisir. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de mener une vie épanouie, mais lorsque pour y parvenir, les gens doivent sacrifier dans leur vie quelque chose qui est vraiment important pour eux.

Pourtant, il est très évident que, dans une certaine mesure, cette affirmation est fausse : les gens ont une façon de se faire croire qu’ils peuvent mieux le faire sans sacrifier leur bonheur et leur bonheur seul. Mais en réalité, leur vie n’est pas plus simple.