L’innovation en France est essentielle pour faire avancer l’économie française vers une stratégie industrielle basée sur l’économie numérique. L’économie des données doit stimuler la recherche et le développement, favoriser l’investissement et renforcer la productivité. Sur cette base, la France devrait faire un usage stratégique de la plate-forme numérique pour développer sa nouvelle stratégie industrielle. Il s’agit notamment de nommer un tsar des données pour mobiliser l’exécutif et le Parlement, et un organisme d’innovation pour donner une nouvelle impulsion à la recherche scientifique et technologique, aux compétences et à l’innovation.

La publication du rapport intervient quelques semaines avant que le président français, Emmanuel Macron, ne s’adresse au Forum économique mondial de Davos. Il est important de sensibiliser aux possibilités offertes par la révolution numérique aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et dans toute l’Europe. Mais le numérique est le grand égalisateur : une petite start-up ou une entreprise existante a accès aux technologies numériques pour stimuler sa compétitivité. Elles peuvent tirer parti des technologies de l’information et de la communication (TIC) dont elles ont besoin pour être compétitives sur le marché mondial.

Une approche ouverte de l’économie numérique doit aller de pair avec un engagement ferme à assurer une sécurité solide et la protection des données personnelles.

Les recommandations du rapport visent à stimuler la disponibilité de l’internet à haut débit dans les zones rurales. Le président et le premier ministre sont déterminés à soutenir la cohésion sociale de la société et à faire en sorte que la plate-forme numérique facilite la justice sociale.

Surmonter les obstacles au commerce numérique

La confiance du public dans le numérique et les données est le premier obstacle au commerce numérique en France et dans d’autres pays européens. Le rapport recommande la création d’une agence de cybersécurité publique et d’entreprise, afin de garantir que l’économie numérique est protégée contre les menaces de sécurité et les pratiques non éthiques.

Le deuxième obstacle est le manque d’incitations à l’investissement public. La France devrait soutenir les entreprises qui cherchent à obtenir des investissements publics dans des projets numériques et d’infrastructure, comme les câbles de fibre optique, en créant une agence publique pour les initiatives numériques, l’Agence française du numérique.

Les consommateurs de plateformes de médias sociaux risquent d’être vulnérables aux mauvaises pratiques des entreprises auxquelles ils confient leurs données personnelles. Le rapport français suggère la création d’un médiateur numérique pour garantir le respect des règles européennes en matière de protection des données et l’obtention d’un consentement éclairé avant de partager des données personnelles avec les entreprises exploitant des plateformes en ligne.

Au Royaume-Uni, la première ministre, Theresa May, fera part de son intention d’avoir un régulateur numérique indépendant dans le cadre de son propre livre blanc Brexit en février. Je l’encourage à annoncer que le gouvernement britannique fera pression en faveur de cette proposition.

Il est également nécessaire de renforcer la protection sociale de tous les utilisateurs de médias numériques, car ils sont de plus en plus conscients des dommages que peuvent causer les contenus imprudents qu’ils rencontrent sur les médias sociaux. Les entreprises devraient faire leur part en faisant tout leur possible pour protéger les données des utilisateurs et en s’engageant activement dans un dialogue avec les législateurs, le gouvernement et la société civile.

Un marché numérique entre le secteur social et le secteur numérique

Au cours des dix prochaines années, les économies française et européenne dépenseront 8,5 billions de dollars en technologies et services numériques. Toutes les entreprises doivent augmenter leurs niveaux d’investissement dans le numérique et les services numériques.

Mais cet investissement doit s’accompagner d’une protection accrue de tous les utilisateurs. Les consommateurs doivent pouvoir prendre leurs propres décisions sur la manière dont les données sont collectées, utilisées et partagées. Les plateformes numériques devraient être transparentes quant à leurs modèles commerciaux et leurs algorithmes, et encourager les utilisateurs à participer activement et intelligemment aux débats politiques.

Le rapport appelle les gouvernements à créer un partenariat numérique avec les entreprises pour les aider à naviguer et à réagir à la perturbation numérique et à effectuer ces changements d’une manière qui profite à tous les citoyens, en particulier à ceux qui ont le moins de compétences numériques.

J’invite instamment les décideurs politiques à soutenir les recommandations du rapport. La France devrait montrer la voie en développant une approche européenne pour réduire les inégalités numériques et faire en sorte que les citoyens bénéficient de la révolution numérique.