La stature d'un président aurait dû l'amener à plus de retenue, voire de classe.

On se souvient que face à un passant dans le Gers le traitant de "connard", Jacques Chirac avait répliqué un très inspiré "enchanté, moi c'est Jacques Chirac" !

Le général de Gaulle avait été reçu aux cris de « mort aux cons » ceux à quoi il répond « vaste programme ».

A "Mitterrand, fous le camp !", François Mitterand avait répondu "C'est une rime, mais une rime pauvre".

Au vu de ces anecdotes, on peut regretter le temps où les présidents avaient de la répartie.