La France de demain
 
Agrandir / réduire l'article
Et une société policière pour la France, une !

Voici un petit film militant contre la transformation de notre société en société policière sous haute surveillance. Ceci, bien entendu, "pour le bien de tous". Personnellement, je trouve que ce n'est pas forcement la meilleure argumentation qui soit, mais il s'agit d'un bon point de départ pour ceux qui ne s'y sont pas encore penchés.

Désolé pour la mise en page foireuse, mais en réduisant la vidéo, les sous titres deviennent illisibles.

Le site original : Big Brother State

A mettre en parallèle avec la volonté répétée du gouvernement de vouloir augmenter les caméras de surveillance alors que leur efficacité n'a jamais été démontrée :

La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a profité de l'émotion soulevée par ce drame pour relancer son appel à multiplier les caméras dans les lieux publics et les réseaux de transport, et dénoncer le "retard" de la France par rapport à la Grande-Bretagne -un Londonien serait en moyenne filmé près de trois cents fois par jour.

[...]

Le gouvernement ne semble pas trop préoccupé par les conséquences d'une telle politique sur les libertés publiques. Il y a un an, Nicolas Sarkozy ne déclarait-il pas que "le débat caméras-libertés individuelles était un débat totalement dépassé"?

[...]

L'efficacité des caméras de surveillance, enfin, est encore controversée (lire ici et ). Il faut, pour la mesurer, comparer leur coût aux avantages qu'elles apportent, concrètement, dans la résolution des troubles quotidiens. Alors que, selon un rapport rendu l'an dernier, en France, les élus locaux "négligent dans 90% des cas" de vérifier quel est l'impact des caméras qu'ils ont fait installer.

L'efficacité des caméras dans la lutte contre le terrorisme reste également à démontrer. On cite souvent leur rôle joué dans l'identification des auteurs des attentats de Londres en 2005... Mais elles n'ont pas empêché ces attentats.

Un mort relance le débat sur la vidéosurveillance (Rue89, 16/08/2007)

Vers une généralisation de la collecte des informations privées et de leur mise à disposition de tous

A Rennes et à Paris, il faut payer cinq euros de plus pour prendre le métro anonymement :

Est-il normal de payer plus pour prendre anonymement les transports en commun? La réponse du Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France) est oui. Au 1er septembre, les usagers auront le choix de se déplacer en achetant une carte nominative gratuite ou une carte anonyme à cinq euros, pour les abonnements hebdomadaires et mensuels.

Payez cinq euros de plus pour prendre le métro anonymement! (Rue89, 17/08/2007)

De plus, on commence à voir apparaître des moteurs de recherche ouverts à tous permettant de tout connaître de la vie d'une personne. Et ce n'est qu'un début !

Spock.com représente la première version grand public d’outils de recherche qui jusqu’ici étaient réservés aux professionnels de l’intelligence économique. [...] En effet, le recueil d’informations sur les personnes a connu une montée en puissance à mesure que les utilisateurs eux-mêmes participaient à la diffusion de ces informations. [...] En effet, avec ces nouveaux outils, le recueil d’informations sera permanent là où jusqu’ici il était "fractionné" par la connexion des usagers aux ordinateurs. Avec l’avènement de l’Internet mobile et bientôt de l’Internet des objets, c’est l’ensemble des activités quotidiennes qui auront une traduction sur le réseau.

Spock.com: le droit au silence des puces (Rue89, 09/08/20077)

Pour rappel, voici des extraits de certains de mes précédents billets à ce sujet :


Augmentation de la vidéo surveillance

[...]

Aujourd'hui, la CNIL tire la sonnette d'alarme :

Au moment où le gouvernement songe à multiplier les caméras pour lutter contre le terrorisme, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) lance "une alerte à la société de surveillance" qui menace "la protection des données et nos libertés", dans son rapport d'activité publié lundi 9 juillet. "L'innovation technologique est à la fois porteuse de progrès et de dangers (...). Les individus sont tentés par le confort qu'elle procure, mais ils sont peu conscients des risques qu'elle comporte. Ils ne se préoccupent guère de la surveillance de leurs déplacements, de l'analyse de leurs comportements, de leurs relations, de leurs goûts", met en garde le président de la CNIL, Alex Türk. [...] Alex Türk voit enfin pointer un autre danger : le fait que la technologie soit de moins en moins visible, parce que "de plus en plus de traitements de données sont réalisés à l'insu des personnes et permettent de tracer leur déplacements physiques dans les transports en commun, leurs consultations sur Internet, leurs communications téléphoniques", et parce que les nanotechnologies rendront impossibles de distinguer ces équipements.

La CNIL s'inquiète d'une "société de surveillance" qui menace les libertés

En Angleterre, les systèmes de vidéo surveillance sont en effet généralisés, et la population britannique semble ne rien trouver à y redire, mais certains journaux, comme le Daily Telegraph, commencent à se poser des questions. Il suffit pour cela de regarder cette carte qui a été publiée en 2006 et qui place l'Angleterre parmi les pays traquant le plus les faits et gestes de ses citoyens, au même niveau que la Russie et la Chine !!!!


Leading surveillance societies in the EU and the World (Dailytelegraph)

Selon Eric Heilmann, maître de conférence en sciences de l'information et de la communication à l'université Louis-Pasteur de Strasbourg, "les caméras sont acceptées en France", le débat de fond sur leur utilité est "assoupi". Seules quelques minorités informées se sentent concernées et personne ne s'interroge sur l'existence de solutions alternatives.


(Source : le Monde)

Au contraire, au Canada, on considère que "la vidéo est par définition liberticide", la vidéo surveillance est donc utilisée uniquement en dernier recours. En France, "quand quelque chose ne fonctionne pas, on met de la machine" :


(Source : le Monde)

Personnellement, je réfute le raisonnement qui consiste à dire "je m'en moque, je n'ai rien à me reprocher moi". En effet, revenons un peu en arrière : un juif en 1920 en France n'avait rien à se reprocher. Ce n'était plus le cas 20 ans plus tard.
On va me dire que nous sommes maintenant en démocratie et qu'un tel retour en arrière serait impossible ? Faux ! La IIIème République, qui a débouché sur le régime de Vichy, a duré plus longtemps que notre Vè République actuellement. On ne sait jamais de quoi peut être fait demain, aussi l'approche canadienne me semble plus saine et sûre que l'approche anglaise. Malheureusement, notre Président ne semble pas partager cet avis.

Quelques liens :
La voix de Big Brother : la GB adopte les caméras de surveillance parlantes (RFI)
Grande-Bretagne : des caméras de surveillance parlantes pour traquer les incivilités (le Monde)
Privacy International
Avantages de la vidéo surveillance en Angleterre (Wikipédia)


Vidéo surveillance à tous les étages

[...]

Juste comme ça, en passant, pour faire un petit parallèle. Voici les statistiques que publient la CNIL sur le nombre d'erreurs dans les fichiers de la police :

C'est bien gentil de donner plus de pouvoir à la police, mais si elle l'exploite à tort et à travers, hors de tout contrôle, cela me fait un peu peur :(

 
Evaluez ce billet en lui donnant une note sur 5 : Vous pouvez aussi nous soutenir sur Wikio
Note : 3.7/5 pour 3 votes
 
Envoyer à un ami
‹ retour à l'accueil
Commentaires
1.   Thomas sabo armbänder  ›  mardi 6 juillet 2010 à 10:07

On ne sait jamais de quoi peut être fait demain, aussi l'approche canadienne me semble plus saine et sûre que l'approche anglaise. Malheureusement, notre Président ne semble pas partager cet avis

 
‹ retour à l'accueil
Trackbacks

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

 
Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

 
‹ retour à l'accueil
 
 
 
http://www.wikio.fr/a_la_une BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones meilleur site politique